All posts by chris

La Persévérance

Si on a donné notre vie à Jésus, pour le suivre dans le bon chemin, avec tout notre coeur, c’est-à-dire quoi, exactement ?

On peut prendre notre aise, peut-être ? Jésus reviendra, bientôt peut-être, on peut simplement lui attendre, non ?

Non. Jésus ne nous a pas sauvé de nos méfaits, nos péchés, pour prendre notre aise !

L’auteur de la lettre aux Hebreux dans le Nouveau Testament a des conseils pour nous, dans les premiers versets du chapitre 12.

Parcourons ces versets, expression par expression, pour mieux comprendre ce que Dieu veut nous dire aujourd’hui. Je vais utiliser une traduction un peu plus fidèle à l’original, pour nous aider.

On commence avec cette expression :
« ayant jeté de côté tout poids… »

Si on porte des poids dans notre vie, on ne peut pas faire le chemin avec Jésus. A-t-on des poids spirituelles dans notre vie ? Quel est l’avis de l’auteur de cette lettre ? Il a écrit « ayant jeté de côté tout poids… »

Il a écrit ayant jeté, c’est-à-dire il faut que l’on jette les poids avant de commencer. Et notez que l’on doit jeter les poids, pour que l’on puisse être libre.

Continuons. L’auteur a écrit : « ayant jeté de côté tout poids et le péché qui nous emmêle si facilement… »

Le péché nous emmêle. Le péché est comme des roncières…

Avec des épines méchantes les roncières nous emmêle si facilement – on ne peut pas marcher à travers les roncières, c’est impossible.

Le péché peut nous emmêler si facilement, il faut que l’on soit sur nos gardes tout le temps !

Continuons. L’auteur a écrit : « ayant jeté de côté tout poids et
le péché qui nous emmêle si facilement, nous devions courir avec
persévérance
… »

Nous devions courir, c’est le subjonctif à l’original — pourquoi ? Mon professeur de français à l’école de langue m’a dit que l’on utilise le subjonctif quand il y a de l’incertitude.

Et ici il y a de l’incertitude. Nous devons courir, oui, mais Dieu ne nous oblige pas à courir.

On a le choix. On peut courir, en obéissance, ou on peut rester tranquille, en désobéissance. Quel est ton choix, aujourd’hui ?

Puis, regardez comment Dieu veut que l’on court : avec persévérance. On ne court pas simplement pour quelques minutes et puis on peut prendre notre aise. Non, on continue et on continue et on continue : on court avec persévérance.

C’est difficile ? On court avec persévérance. Nos amis, notre famille, pensent que l’on est fou pour être chrétien ? On court avec persévérance. On court toujours avec persévérance.

Continuons. L’auteur a écrit : « ayant jeté de côté tout poids et le péché qui nous emmêle si facilement, nous devions courir avec persévérance
la course exténuante… »

Si on court la course exténuante ça ressemble à quoi, exactement ? Cela ressemble à ceci ?

Non, pas du tout ! Ils ne courent pas, ils prennent une petite promenade au parc. La vie chrétienne n’est pas une petite promenade au parc. Courir c’est plutôt comme ceci…

C’est le « trail running », c’est-à-dire on court dans les montagnes.

L’auteur a écrit que c’est la course exténuante que l’on doit courir. Ce n’est pas la course facile, non, c’est difficile, c’est dur. Ce n’est pas une petite promenade au parc, cette vraie vie chrétienne, c’est une course exténuante.

Continuons. L’auteur a écrit : « ayant jeté de côté tout poids et le péché qui nous emmêle si facilement, nous devions courir avec persévérance la course exténuante qui est balisée pour nous…»

Alors, Dieu sait la course qu’il veut que l’on court. Il sait chaque montagne, chaque vallée, chaque plateau, chaque rivière, chaque obstacle. C’est balisée pour nous et Dieu sera avec nous, pas à pas, sans cesse.

Continuons. L’auteur a écrit : « ayant jeté de côté tout poids et le péché qui nous emmêle si facilement, nous devions courir avec persévérance
la course exténuante qui est balisée pour nous, en fixant les yeux sur Jésus…»

En courant à travers cette vie chrétienne, il faut que l’on fixe nos yeux sur Jésus. Seulement sur Jésus : pas sur nos problèmes, nos émotions, nos pensées, les plaisirs qui nous manquent.

Quand quelqu’un court, particulièrement une course dure, exténuante, dans les montagnes, c’est impossible de finir, de réussir, si on ne fixe pas les yeux sur le but. Pour nous, le but est Jésus et il est Jésus qui rend possible que l’on finisse la course.

C’est comme Jésus a dit à l’apôtre Paul, 2 Corinthiens 12:9,
« Ma grâce te suffit, car ma puissance est rendue parfaite dans
la faiblesse. »

Si on pense que l’on est faible, c’est bon, car la puissance de Jésus est rendue parfaite, complète, quand on est conscient de notre faiblesse.

Alors, notre petit passage est :

« …ayant jeté de côté tout poids et le péché qui nous emmêle si facilement, nous devions courir avec persévérance la course exténuante qui est balisée pour nous, en fixant les yeux sur Jésus… »

[Images : Pixabay]

Bursting Out!

Can you guess what these structures are?

We find these all over the Plateau Picard: they are wells.

Today the wells are blocked up, because they are not needed. Each village is served by pipes which bring water to each home. The wells are from a bygone era, they are obsolete, they have no relevance for today. More than that, they are dangerous. A child could crawl inside and fall: what a horrible thought!

For me, these wells are an image of how France thinks today of everything to do with God.

“All these ideas about God are from a bygone era, they are obsolete, they have no relevance for today. More than that, they are dangerous: we need to protect the people from these ideas.”

This is what is said today. So, we have blocked up the wells of living water. France is dead, spiritually, because we have blocked up the wells of living water. Jesus wants to give His new life to every person in this beautiful country, but we have blocked up the wells of living water.

Do you know what God can do? He can cause His living water to burst out, explode, from these blocked-up wells! Imagine what it would look like if one of these wells in the pictures above was to be shattered by the force of the water suddenly bursting out from it!

I believe that is what God wants to do: He wants to make his living water burst out of the blocked-up wells, all over France. Let’s pray that this happens as soon as possible!

Jaillissant !

Pouvez-vous deviner ce que sont ces structures ?

On trouve ces structures partout sur le Plateau Picard : ils sont des puits.

Maintenant, tous les puits sont bouchés, parce qu’on n’a pas besoin d’eux. Chaque village est servi par des tuyaux qui amènent de l’eau à chaque maison, chaque appartement. Les puits sont d’autrefois, ils sont obsolètes, ils n’ont pas de pertinence pour aujourd’hui. Plus que ça, ils sont dangereux : un enfant pourrait ramper à l’intérieur et tomber : quelle pensée horrible !

Pour moi, ces puits sont une image de comment la France pense à tout ce qui concerne Dieu aujourd’hui.

« Toutes ces idées sur Dieu sont d’autrefois, ils sont obsolètes, ils n’ont pas de pertinence pour aujourd’hui. Plus que ça, ils sont dangereux : il faut qu’on protège la population de ces idées. »

C’est ce qu’on dit aujourd’hui. Alors, on a bouché les puits de l’eau vivante. La France est morte, spirituellement, parce qu’on a bouché les puits de l’eau vivante. Jésus veut donner sa vie nouvelle à chaque personne dans ce beau pays, mais on a bouché les puits de l’eau vivante.

Savez-vous ce que Dieu peut faire ? Il peut faire jaillir, éclater, son eau vivante de ces puits bouchés ! Imaginez-vous à quoi ça ressemblerait si un des puits dans les images au-dessus est rompu par la force de l’eau qui surgit soudainement !

Je crois que c’est ce que Dieu veut faire : il veut faire jaillir son eau vivante des puits bouchés, partout en France. Prions que cela arrive au plus vite !

Let’s Dream Big Dreams For God!

When a Disciple Making Movement (DMM) is launched it is normal to take time to pray, do research, establish a strategy and to plan. It’s really important to discover where God is working in the project area and to join Him in those places. DMM is about obeying God, sacrificing our plans to His will.

DMM practitioners find that the process of praying and planning often takes several months. When they begin prayer walking and engaging with communities in the project area, they expect to encounter delays and false starts. But, from the time that they find the first real entry person, it is often three months more before they see the first people become Christians.

We are used to evangelism methods which give instant results. Some suggest we can have a 3-minute conversation at the supermarket checkout after which the checkout person can become a Christian! That would be wonderful, but in DMM God uses the principles of long-term growth to establish His true church, not just isolated Christians.

We must be patient, ready to spend plenty of time making disciples.

But, at the same time, let’s dream big dreams for God! Let’s imagine what DMM will look like in our project area. Let’s imagine the first discovery groups. Let’s imagine the first groups which multiply to create other groups.

Let’s imagine when the first  people decide to become real disciples of Jesus. Let’s imagine the first baptisms. Let’s imagine what it will look like when the new Christians get together to worship God, probably in someone’s home. Let’s imagine what that fresh, enthusiastic and dynamic worship will look like.

Let’s imagine, let’s imagine it all, let’s dream it all. Dream big dreams for God!

We need to be patient, ready to spend plenty of time making disciples, but we can dream!

Rêvons de Grands Rêves Pour Dieu !

Quand un mouvement de faiseurs de disciples (MFD) est lancé c’est normal de prendre du temps pour prier, faire des recherches, établir une stratégie et planifier. C’est vraiment important de découvrir ce que Dieu est en train de faire dans la zone de projet et de découvrir où l’équipe peut le rejoindre. Faire des disciples il s’agit d’obéir à Dieu, en abandonnant nos plans à sa volonté.

Les praticiens du MFD trouvent que le processus de prier et planifier prend souvent des mois. Quand ils commencent à faire la marche en prière et s’engager avec les gens de la zone de projet, ils s’attendent à des retards et des faux départs. Mais, dès le temps qu’ils trouvent la première vraie personne d’entrée, c’est souvent encore trois mois ou plus avant les premières personnes deviennent chrétiens.

On est habitués aux méthodes d’évangélisation qui donnent des résultats instantanés. Il y a quelques-uns qui proposent qu’on puisse avoir une conversation de trois minutes à la caisse du supermarché après laquelle la caissière peut devenir chrétien ! Cela serait merveilleux, mais avec le MFD Dieu utilise des principes de croissance à long terme pour établir sa vraie église, pas des chrétiens isolés.

On doit être patient, prêt à passer beaucoup de temps à faire des disciples.

Mais, en même temps, rêvons de grands rêves pour Dieu ! Imaginons à quoi le MFD va ressembler dans notre zone de projet. Imaginons les premiers groupes de découverte. Imaginons les premiers groupes qui multiplient pour créer d’autres groupes.

Imaginons quand les premières personnes décident de devenir vraies disciples de Jésus. Imaginons les premiers baptêmes. Imaginons à quoi cela ressemblera quand les nouveaux chrétiens se réunissent pour adorer Dieu, probablement dans une maison. Imaginons à quoi ressemblera la louange fraîche, enthousiaste et dynamique.

Imaginons, imaginons tout, rêvons tout. Rêvons de grands rêves pour Dieu !

On doit être patient, prêt à passer du temps à faire des disciples, mais on peut rêver !

A Disciple Making Movement

We want each person who lives on the Plateau Picard (nearly 250,000 people in 456 villages and small towns) to have the opportunity to hear the good news of Jesus. We want to reach the whole population.

We asked God how we could reach the whole population with the good news of Jesus and He led us to the idea of launching a Disciple Making Movement, DMM (in French un Mouvement de faiseurs de disciples, MFD).

At the start, this idea seemed a bit weird and impractical: it’s new for France, there’s nobody here who can train us or help us with such a project. We prayed a lot and we sought the advice of wise and experienced Christian friends, who said to us “Yes, it’s great idea, go for it!”

So, we are  in the process of launching a Disciple Making Movement (DMM)!

At the heart of DMM are Discovery Groups: 5 to 8 friends who are not yet Christians who do Discovery Bible Studies (DBS) together.

DBS is based on the idea of discovering the Bible together (rather than being taught by a leader), using very simple questions like “What does this passage tell us about God?” and “What does this passage tell us about mankind?”. A very important question is always “If this is true, what must I change in my life to be obedient to what God is saying?”.

The groups multiply naturally, as the members of the groups share what they are doing with their friends, their family and their contacts in their networks.

It is through DBS that the members of the group become disciples of Jesus and are baptised. Groups of new Christians form new churches.

How do Discovery Groups begin? At the start, we pray: without prayer nothing will happen. We spend more and more time in the villages that God will show us and we look for opportunities to do good to the people there, to show them the love of Jesus in spiritual but non-religious ways. In each community we look for someone whose heart has been prepared by God who can be a doorway into the community: an entry person (or a person of peace). It is this person who will be able to gather friends and family members to form a Discovery Group in their home.

DMMs exist in many countries throughout the world. As a result, millions of people have become Christians and thousands of new churches have been planted. DMM is new to France, but we are convinced that God wants to use DMM here too.

And “we”, who are “we”? We are a team of four couples: two French couples and two British couples. We don’t have a mission agency or a denomination to support us : our support is God!

Un Mouvement de Faiseurs de Disciples

Alors, on veut que chaque personne qui vit sur le Plateau Picard (presque 250 000 personnes dans 456 communes) a la possibilité d’entendre la bonne nouvelle de Jésus. On veut atteindre la population entière.

On a demandé à Dieu comment peut-on atteindre la population entière avec la bonne nouvelle de Jésus et il nous a conduit à l’idée de lancer un Mouvement de faiseurs de disciples, MFD (en anglais Disciple Making Movement, DMM).

Au début cette idée semblait un peu bizarre et irréalisable : c’est nouvelle pour la France, il n y’a personne ici qui peut nous former ou nous aider avec un tel projet. On a prié beaucoup, on a cherché des conseils des amis chrétiens sage et expérimenté, qui ont dit « oui, c’est une bonne idée, allez-y ! ».

Alors, on est en train de lancer un Mouvement de faiseurs de disciples (MFD) !

Au coeur du MFD sont des groupes d’étude biblique de découverte : 5 à 8 amis qui ne sont pas encore chrétiens qui fait ensemble des études bibliques de découverte (EBD).

L’EBD est fondée sur l’idée de découvrir la Bible ensemble (plutôt qu’être enseigné par un chef), en utilisant les questions très simples comme « qu’est-ce que ce passage nous dit sur Dieu ? » et « qu’est-ce que ce passage nous dit sur l’humanité ? ». Une question très importante est toujours « si c’est vrai, que doit-je changer dans ma vie pour être obéissant à ce que Dieu dit ? ».

Les groupes devraient se multiplier naturellement, à mesure que les membres des groupes partagent ce qu’ils font avec leurs amis, leur famille et leurs contacts dans leurs réseaux.

C’est à travers les EBD que les membres du groupe deviennent disciples de Jésus et se font baptiser. Les groupes de nouveaux chrétiens deviennent les églises nouvelles.

Comment les groupes d’étude biblique de découverte commencent ? Au début, on prie : sans prière rien ne se passera. On passe plus de temps dans les villages qui Dieu nous montrera et on cherche les occasions de faire du bien aux gens, pour leur montrer l’amour de Jésus en façon spirituelle mais non-religieuse.

Dans chaque communauté on cherche quelqu’un dont le coeur a été préparé par Dieu qui peut être une porte pour la communauté : une personne d’entrée (ou une personne de paix). C’est cette personne qui peut ramasser des amis et des membres de sa famille pour former un groupe de découverte chez lui.

Les MFD sont présentes dans de nombreux pays du monde. Le résultat est que des millions des personnes sont devenues chrétiennes et des milliers de nouvelles églises ont été implantées. Le MFD est nouveau pour la France, mais on est convaincu que Dieu veut l’utiliser ici aussi.

Et « nous », qui sont « nous » ? Nous sommes une équipe de quatre couples : deux couples français et deux couples anglais. Nous n’avons pas l’aide d’une agence missionaire  ou une dénomination : notre soutien est Dieu !

But, We Can Plant Churches?

So, if we need to reach the people who live in rural areas, we can simply plant new churches, can’t we?

Firstly, it’s good to plant new churches! But, we cannot plant new conventional churches in villages: they are too small.

OK, we can plant churches in the small towns, then? Towns of 3,000 people or more, for example. Yes, that can work, but I need to say that from our own experience it is not easy. Let me explain.

If the first thing we do is to plant a church, we need Christians to start the church. In small towns, there are often some Christians, but it’s difficult to attract enough Christians who are willing to be committed to a new church.

It is not necessarily the case that the Christians in the town will be ready to do evangelism in the town and the villages around the town. At the least we will need to do some training. For conventional evangelism we need enough people with enough spare time.

Something which, for me, is more important than what I have mentioned already is the fact that if we evangelise the villages from the town we are going to ask the new Christians to come to the church in the town. If we do this, we will cut the link between the new Christians and their family and friends in the village where they live. That is a big problem, because we risk losing the rest of the village for the sake of gaining just one new Christian. This is called extraction evangelism and we don’t want to do this.

So, we can plant conventional churches in the towns and try to attract people from the town and the villages through conventional evangelism. But, it is not at all easy to do this and, for the villages, we are simply doing extraction evangelism with it’s bad results.

Hmmm. What can we do…?

Mais, On Peut Implanter des Églises ?

Alors, si on a besoin d’atteindre les gens qui habitent dans les zones rurales, on peut simplement implanter des nouvelles églises, non ?

Premièrement, c’est bon d’implanter des nouvelles églises ! Mais, on ne peut pas implanter des églises conventionelles dans les villages : ils sont trop petits.

D’accord, on peut implanter des églises dans les petites villes peut-être ? Des villes de 3 000 personnes ou de plus, par exemple. Oui, ça peut marcher, mais il faut dire que, selon notre propre expérience, ce n’est pas facile. J’explique.

Si la première chose on fait est d’implanter une église, on a besoin des chrétiens pour commencer l’église. Dans les petites villes, il y a souvent quelques chrétiens, mais c’est difficile d’attirer assez de chrétiens qui veulent s’engager dans une nouvelle église.

Ce n’est pas forcement le cas que les chrétiens dans la ville seront prêts de faire l’évangélisation dans la ville et dans les villages qui entourent la ville. Il faut au moins faire de la formation. Pour l’évangélisation conventionelle on a besoin d’assez de personnes et du temps libre aussi.

Quelque chose qui est, pour moi, plus important que ce que j’ai mentionné est le fait que si on évangélise les villages de la ville on va demander aux nouveaux chrétiens de venir à l’église dans la ville. Si on fait ça, on coupe le lien entre les nouveaux chrétiens et leur famille et leurs amis dans le village où ils ou elles habitent. Cela est un gros problème, parce qu’on risque de perdre le reste du village pour gagner un seul nouveau chrétien. Cela s’appelle l’évangélisation par extraction et on ne veut pas la faire.

Alors, on peut implanter les églises conventionelles dans les villes et essayer d’attirer les gens de la ville et les villages à travers l’évangélisation conventionelle. Mais, ce n’est pas du tout facile de faire ça et, pour les villages, on fait simplement l’évangélisation par extraction avec ses mauvaises résultats.

Hmmm. Qu’est-ce qu’on peut faire… ?