Ce n’a pas à être difficile, mais on doit être patient

[For the English version of this post click here.]

Regardez cette photographie d’un pain :

Miam, cela a l’air vraiment bien ! Comment est-il possible de faire un pain comme ceci, avec une croûte croustillante et croquante et l’intérieur mou, ouvert et légèrement moelleux, absolument plein de saveur ? Cela doit être très difficile.

Voici la carte** de notre zone de travail :

248 000 personnes habitent à l’intérieur de la ligne verte, dans 456 villages et petites villes. Comment est-il possible d’atteindre toutes ces personnes avec la bonne nouvelle de Jésus-Christ, de les donner toutes la possibilité de devenir ses vraies disciples ? Cela doit être très difficile.

Voici quelque chose que Chris a appris sur la cuisson de délicieux pains comme le pain sur la photo : cela n’a pas à être difficile, mais il doit être patient.

Alors, pour faire un pain comme ceci, normalement on pense que la pâte doit être bien pétrie. C’est un travail difficile, très difficile. Et comment sait-on quand le pain et assez pétrie et pas trop pétrie ? C’est complexe ! On a besoin peut-être des machines spéciales comme celles utilisées dans une boulangerie ? Ou il y a peut-être des ingrédients spéciaux supplémentaires ?

Chris a récemment découvert que pour fair du pain comme celui dans la photo ce n’est past en fait du tout nécessaire de le pétrir. C’est vrai : même pas une seconde de pétrissage ! On mélange de la farine, de la levure, du sel et de l’eau et puis on laisse la pâte… pour longtemps : 14 heures. Après 14 heures on forme simplement le pain, laisse-le lever pour une demi-heure et on le cuisine. La seule chose de spéciale reste que l’on cuisine le pain dans une cocotte. C’est vraiment simple. Mais, il il doit être patient : les 14 heures d’attente font tout le travail que le pétrissage ferait normalement.

Qu’en est-il d’atteindre notre zone de projet de 456 villages et petites villes avec la bonne nouvelle ? Voici quelque chose que Dieu nous a appris : cela n’a pas à être difficile, mais on doit être patient.

Normalement on penserait que l’on aura besoin d’un certain nombre d’équipes d’évangélistes : 10 ou même 20 équipes, chacune se compose des spécialistes de divers types d’évangélisation. On devrait organiser nombreux événements évangéliques, on devrait louer des salles (c’est souvent difficile en France pour les événements chrétiens), trouver au moins un ou peut-être plusieurs orateurs célèbres, recruter des équipes musicales, faire des vidéos, imprimer et livrer beaucoup de publicité… et plus. Ouf ! Tant de personnes, tant d’argent, tant de difficultés !

Mais, on a découvert que Dieu atteint des zones comme la nôtre tout autour du monde avec la bonne nouvelle en utilisant simplement une poignée de chrétiens bien ordinaires et avec presque pas d’argent. Dieu l’a fait maintenant depuis beaucoup d’années avec une approche incroyablement simple : les Mouvements de faiseurs de disciples (MFD). Pas besoin de grandes équipes, d’orateurs célèbres ou beaucoup de publicité. Pas besoin de beaucoup d’argent. Mais, on doit être patient : c’est le Saint Esprit qui fait le travail, en utilisant des chrétiens bien ordinaires, mais obéissants. Dieu atteint de grands nombre de personnes et de grandes zones à travers la multiplication (comme décrit dans un post précédent). On doit être patient et fidèle pendant le temps de préparation, le temps lent, pour que Dieu puisse alors bouger dans le temps de multiplication, quand le travail grandira si vite que l’on aura du mal à croire !

Continuez à prier avec nous, s’il vous plaît, que Dieu nous donne la patience et qu’il nous aide à placer notre confiance en ce qu’il est en train de faire. On est convaincu que le MFD est ce que Dieu veut utiliser pour atteindre la France rurale. Il utilise déjà le MFD dans d’autres régions de la France : on a récemment la joie de partager dans trois sessions de conférence en ligne sur Zoom avec plus de 50 personnes qui sont impliquées dans le MFD en France, presque tous des chrétiens français, dont beaucoup sont des jeunes.

Le Saint Esprit n’est jamais en confinement, il fait toujours son oeuvre dans le coeur et l’esprit et la vie des personnes du Plateau Picard. Il y a une grande moisson dans notre zone de projet, que l’on moissonnera quand elle est prête, quand elle est mûre, au temps de Dieu.

On espère pouvoir retourner à la marche en prière et à la rencontre des personnes dans les villages à partir du 15 décembre, date à laquelle les restrictions de déplacement doivent prendre fin. On attend cela avec impatience !

Merci encore pour prier pour les personnes du Plateau Picard et pour ce projet. Dieu est bon, il aime chacun et chacune des 248 000 personnes et il fait son oeuvre comme vous priez, comme nous prions.

** Carte : geoportail.gouv.fr

One thought on “Ce n’a pas à être difficile, mais on doit être patient”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.